Le Blog des consultants Converteo
Ce blog est alimenté par les consultants de Converteo. Découvrez aussi notre site pour plus d’informations sur le cabinet et ses prestations.

Retour aux articles du blog

Google Analytics : Mesurer les actions au sein d'une page (Astuce N°5)

Posté dans Web analytics
Par Raphaël Fétique
01 septembre 2009
17 commentaires

L’interactivité croissante des sites Internet améliore l’expérience des internautes mais complique la vie des analystes web. Grâce, notamment, à l’arrivée de technologie comme l’Ajax ou le Flex, on ne peut plus se limiter simplement à comptabiliser les pages vues, sans quoi, on perdrait une grande partie des interactions entre l’internaute et le site internet. Les outils de mesure d’audience ont évolué avec l’arrivée de ces technologies alors pourquoi se priver de tracker toutes ces nouvelles interactions ?

C’est l’objet de cette 5ème astuce de notre série sur Google Analytics où nous allons apprendre à mesurer les actions d’un visiteur au sein d’une page, et notamment à utiliser le suivi d’événements de Google Analytics, arrivé avec la nouvelle version du code de suivi ga.js.

Il existe en effet deux possibilités sur Google Analytics pour tracker les actions d’un visiteur au sein d’une page :

Première possibilité : la génération d’une page vue virtuelle (trackPageview)

Seconde possibilité : la génération d’un événement (trackEvent)

1. La génération d’une page vue virtuelle

La génération d’une page vue virtuelle est la méthode historique pour tracker les clics ou actions au sein d’une page (utilisation de la fonction trackPageview accompagnée d’un libellé spécifique). Les pages vues, qu’elles soient réelles ou virtuelles ont l’avantage de pouvoir être définies comme objectif dans GA. Cependant le nombre de pages vues totales de votre site ne sera plus votre nombre de pages vues réelles mais votre nombre de pages vues réelles et virtuelles. L’autre inconvénient est qu’on peut difficilement accéder aux statistiques des pages vues virtuelles (il faut passer par la catégorie « Contenu » puis « Page les plus consultées » et enfin « Recherche »). Il est aussi impossible de les regrouper par catégorie autrement qu’en utilisant une nomenclature propre. Si vous avez tout de même besoin d’utiliser cette solution, veillez à nommer explicitement vos noms de pages vues virtuelles en ajoutant toujours un préfixe tel que « /virtuelle/nomDeVotrePage » de façon à pouvoir les décompter de votre nombre de pages vues totales (via un segment avancé) par la suite.

Prenons un cas concret où l’on souhaite tracker les clics sur les visuels d’un carrousel afin de savoir qu’elles sont ceux les plus populaires.

Voici un exemple de génération d’une page vue virtuelle qu’on aurait pu utiliser dans ce cas :

descriptionImage

2. La génération d’un événement

Passons maintenant en revue la seconde méthode, basée sur un modèle orienté objet, qui est la génération d’un événement. Son principal avantage est qu’elle permet de catégoriser les événements suivant quatre paramètres :

  • La catégorie (requis) : le nom du groupe d’événement à tracker (vidéos, carrousel…)
  • L’action (requis) : Le type d’interaction entre l’internaute et le site internet (clic, téléchargement…)
  • Le label (optionnel) : Le nom de l’élément sur lequel porte l’interaction (visuel1, visuel2 etc.)
  • La valeur (optionnel) : Une donnée numérique associée à l’interaction que l’on souhaite faire remonter (nous n’allons pas l’utiliser ici)

Notez bien que les noms de ces paramètres sont là à titre indicatif et qu’on peut les adapter à nos besoins.

Son second avantage est que la comptabilisation des événements ne viendra pas s’ajouter à votre nombre de pages vues.

De plus, le suivi des événements dispose d’un espace dédié dans l’interface de Google Analytics que vous trouverez dans la catégorie « Contenu » puis « Suivi des événements ».

Voici un exemple de génération d’événement, toujours dans le cas du tracking d’un carrousel :

descriptionImage

On voit aisément la différence avec la génération d’une page vue virtuelle…

Avec cette méthode on pourra retrouver tous nos carrousels dans la catégorie « Carrousel », puis sélectionner notre carrousel « pagePresentationOffre » et enfin pouvoir comparer les performances de tous les visuels de ce carrousel en un coup d’œil. Le seul inconvénient de cette méthode est qu’on ne peut pas définir un événement en tant qu’objectif…

Cette méthode permet facilement de déterminer des profils d’utilisateurs se comportant de telle ou telle manière sur le site lorsqu’ils accomplissent tel ou tel événement.
Par exemple, nous avons implémenté le suivi d’événement sur le site support de notre livre Web conversion afin de tracker les clics sortants vers les distributeurs de notre ouvrage. On remarque qu’Amazon, bien qu’incitant plus de monde à cliquer, attire des visiteurs qui sont statistiquement resté moins longtemps sur notre site que ceux qui ont cliqué sur Fnac ou Dunod !
Suivi Evenement Google Analytics

Attention : que ce soit pour l’une ou l’autre méthode, le code de suivi Google Analytics doit toujours être positionné avant la génération d’une page vue virtuelle ou d’un événement. Veillez aussi à ce que les noms de vos paramètres soient les plus explicites possibles, le reporting et l’analyse n’en seront que plus rapides !

N’hésitez pas à réagir, je serai ravi de vous répondre.

17 commentaires sur cet article

  • android
    02 septembre 2009

    Bonjour,

    merci de cette précision. Finalement, cela veut dire que le code de suvi GA doit être placé en haut de body ?

    Très bonne journée

  • Vincent
    02 septembre 2009

    Je me demandais aussi, mais je pense surtout (j’utilise plutôt le méthode « évènement ») que le code doit-être chargé avant que l’évènement ait lieu.
    Je teste en laissant le code avant et je modifierai par la suite au cas où.
    C’est toujours bien d’avoir le code en fin de page car tu es sûr que 100% de tes visiteurs ont vu l’intégralité de la page.

  • Vincent
    02 septembre 2009

    Je viens de relire cet article http://www.converteo.com/blog-conversion/web-analytics/google-analytics-ou-placer-le-tag-en-haut-ou-en-bas-de-la-page-astuce-n%C2%B02/ et du coup j’ai passé le code en haut de la page…

    Tant-pis, c’est sur un site où j’ai plus besoin de savoir si certains liens ont été cliqués que d’être sûr qu’ils ont vu l’intégralité de la page.

  • android
    02 septembre 2009

    je vais essayer aussi. En tout cas, je ne connaissais pas la subtilité concernant les pages vues. Merci bcp.
    A.

  • cobolian
    03 septembre 2009

    Hyper instructif ! Merci !

  • Julien Coquet
    11 septembre 2009

    Bonjour Brice,

    quelques petits points qui éclairciront ton billet et répondront aux commentaires que tu as déjà reçu:

    Les URLs virtuelles restent des URLs, au même titre que les autres URLs du site. L’interface de Google Analytics permet de filtrer ces URLs a priori (filtres) ou a posteriori (champ de recherche, segment avancé) donc à mon humble avis, l’impact sur l’analyse est plus que marginal.

    Comme je l’expliquais, tes URLs virtuelles peuvent très bien faire l’objet d’un segment avancé, que qui permet aussi de déterminer quelles populations de visiteurs cliquent sur les éléments qui génèrent des clics virtuels.

    Ensuite, le placement du code de suivi doit se faire en pied de code HTML pour s’assurer qu’on ne capture que des pages vues pendant lesquelles l’expérience utilisateur n’a pas été perturbée (lenteurs réseau, clic trop intempestifs, etc).

    Enfin, la remarque qui constituerait à dire que le code de suivi doit être placé au-dessus n’est pas valable.
    Pour ta défense, cette remarque aurait été pertinente si on appelait pageTracker et ses méthodes directement dans le code, et non pas lié à un évènement de type onClick comme c’est le cas dans ton billet et dans la plupart des cas.
    Si vous devez générer un clic virtuel dans le corps du code de votre page, vous avez intérêt à le faire dans le code de suivi classique. Et quand bien même, vous tronqueriez votre taux de rebond du fait de deux clics successifs.
    Voilà, désolé pour la tartine mais il me semble que mes précisions étaient nécessaires 😉

    Salutations à toute la bande, on se croisera surement fin septembre au Salon eCommerce!

    Amicalement,

    Julien Coquet

  • Brice Bottegal
    11 septembre 2009

    Bonjour Julien !

    Merci pour tes précisions instructives 🙂

  • Arthur Aouillé
    23 novembre 2009

    Bonjour Julien, bonjour Brice, merci de vos précisions non superflues !

    Vous nous confirmez donc que dans le cadre d’événements attachés à des actions onclick, ou à la rigueur onsubmit, on peut donc tout à fait utiliser le tracking d’événement indiqué par Brice, tout en laissant le code de suivi en bas page comme indiqué par Julien ?

    Si c’est bien le cas, il me paraît logique que le code de suivi ayant été chargé dans la page, il soit ensuite disponible pour l’ensemble des éléments de la page (une fois celle-ci chargée), tant que l’utilisateur interagit avec celle-ci…

    Merci de confirmer, ça peut toujours servir !

    A bientôt,
    Arthur

  • Matthieu VALEZY
    01 décembre 2009

    Bonjour,

    Merci pour cet article très constructif qui m’a d’ailleurs poussé à effectuer un suivi d’évènements sur mon carrousel d’accueil.

    Cependant, quelle déception en m’apercevant que je ne pouvais pas tracker le nombre d’inscrits générés par un clic sur le carrousel avec cette méthode. Je pensais pouvoir me débarrasser du site overlay, mais à croire que non :'(

  • Loric
    24 février 2010

    Bonjour,

    Excellent article qui a le mérite de bien comparer les deux méthodes.

    Dans son commentaire, Julien Coquet indique que les Urls virtuelles restent des urls.

    Dans son article Brice indique que nous nous pas assigner un objectif à un Event (donc d’embler cette solution ne me convient dans le sens où par exemple j’ai besoin de déterminer comme objectif le nombre de téléchargement d’un pdf).

    Donc est-il possible de déterminer une url virtuelle en tant qu’objectif (en cochant comme type d’objectif « url de destination » et en mettant comme URL de la page d’objectif la page virtuelle, dans l’exemple de l’article virtuelle/visuel1Carrousel) ?

    Merci pour vos éclaircissements.

    Bonne continuation.

  • Thomas Faivre-Duboz
    24 février 2010

    Bonjour Loric,

    Bien sûr on peut assigner un objectif en fonction d’une URL virtuelle !

    A bientôt

    Thomas FD

  • Loric
    24 février 2010

    Merci beaucoup pour la rapidité de votre réponse.

    A bientôt

  • Sylvain
    26 mars 2010

    Bonjour,
    Je creuse le sujet et j’aimerai savoir si il est possible de détecter la validation d’un formulaire comme évènement ?
    Merci les experts 🙂

  • Sylvain
    26 mars 2010
  • mehdi
    24 mai 2010

    Bonjour Merci pour ce billet c’est très intéressant.
    Je vous invite alors à rejoignez CapSEO !! la première communauté de Référenceur dans le monde du web pour partager vos connaissance et soyez le bienvenue parmi notre équipe.
    http://community.capseo.com/signup.php?signup_referer=mehdi

  • thomas
    02 décembre 2010

    lorsque je tague mes liens pour la génération d’un évènement cela ne fonctionne pas.
    Ne doit – on pas rajouter une ligne de code dans le tag installé dans le header ?

    Merci

  • […] – Google Analytics : Mesurer les actions au sein d’une page (Astuce N°5) http://www.converteo.com/blog-conversion/web-analytics/google-analytics […]

Laisser un commentaire

Articles qui pourront vous intéresser
Contactez-nous
Pour obtenir plus d'informations sur nos activités et discuter de vos projets directement avec nos consultants, nous vous invitons à nous contacter.
Nous contacter
En parcourant converteo.com, vous acceptez notre utilisation des cookies.