Le Blog des consultants Converteo
Ce blog est alimenté par les consultants de Converteo. Découvrez aussi notre site pour plus d’informations sur le cabinet et ses prestations.

Retour aux articles du blog

Opposition de styles : l'internaute confronté à des sites très différents

Par Converteo
24 juillet 2009
27 commentaires

Un des aspects passionnants de notre métier est de constater tous les jours l’immense variété des sites Internet qui composent le web mondial et d’observer cette coexistence remarquable sans équivalent dans le monde physique.

Prenons un exemple  estival et lançons la prometteuse requête  « séjour Croatie »  dans Google.

Résultats de recherche sous Google pour Vacances en Croatie

Le top du référencement

Le premier résultat obtenu en référencement naturel est le bien nommé « Sejour-en-Croatie.com ». Bien nommé car « en » est vraisemblablement non pris en compte par Google (c’est ce qu’on appelle  un stopword ), donc le nom du site web correspond quasiment au mot près à la requête saisie.

Site avec des annonces Adsense sur les voyages en Croatie

Le titre de la page a été optimisé : « Sejour Croatie – Voyage en Croatie – Vacances Croatie – Vols sur la Croatie ». Les meta keyword et description comportent  15 fois le mot Croatie…bref, il est difficile de pousser davantage l’optimisation des balises meta.

Ensuite, chacun des deux paragraphes commence par l’expression « Sejour en Croatie ». Cette expression réapparaît comme ancre de lien régulièrement sur la page.

De nombreux liens apparaissent ainsi dans le texte pour aider à positionner d’autres pages du site si bien que l’utilisateur ne sait plus où cliquer tellement le choix de liens est grand.

A gauche, la série de liens de navigation correspond aux mots-clés sur lesquels le site souhaite être bien positionné (par exemple, au hasard, le site remonte à la 3ème place sur « transport en croatie »).

Le design du site est assez basique car la page est essentiellement composée de texte. Le but du site est de susciter des clics sur les publicités Adsense habilement présentées comme le texte.

Les optimisations sur le site et hors du site ont ainsi bien été effectuées pour réussir à prendre les premières places sur les moteurs de recherche : nom du site bien choisi, titres de la page et des paragraphes cohérents, répétition des mots-clés, maillage interne vers des pages plus profondes, et en bas de la page, liens vers des sites de voyage (Australie et Tunisie) sur lesquels une stratégie identique est déployée.

Ce site (ou groupe de sites) semble performant du point de vue du référencement. Les pages ont  été conçues pour les moteurs et la visite en est très indigeste pour l’utilisateur.

Le top des liens sponsorisés

Regardons maintenant le site le mieux placé en liens sponsorisés sur « Séjour en croatie » . Il s’agit de Promovacances. La page sur laquelle nous arrivons est radicalement différente :

Landing page PromoVacances sur la Croatie

La page est conviviale et colorée, beaucoup plus imagée que la page de sejour-en-croatie.com.  La charte graphique utilise des couleurs complémentaires (cyan/orange) pour mettre en avant les éléments importants, là où séjour-en -croatie.com  tentait au contraire de fondre le plus possible les éléments dans un gris neutre et austère. Promovacances vous donne envie de partir en vacances, alors que sejour-en-croatie.com vous donne envie de partir tout court.

Le but de la page d’aterrissage Promovacances est de convertir la visite en achat de séjour, si possible le premier de la liste ou de générer un maximum d’appels sur le numéro indiqué en grand. Sur sejour-en-croatie.com au contraire la rubrique contact est un leurre.

Enfin, remarquons que Promovacances tente de rassurer son visiteur (présence d’une baseline « N°1 Français de la vente de séjours en ligne »), là où sejour-en-croatie.com ne fait pas d’effort.

Le top du top et position dans la chaîne de valeur

Evidemment la meilleure stratégie consiste à acheter son trafic au prix le plus bas possible (et à ce titre privilégier le référencement naturel comme sejour-en-croatie.com)  et à transformer au mieux les visites en clients rentables. A ce niveau, les stratégies s’opposent clairement puisqu’elles ne visent pas le même objectif et la même place dans la chaîne de valeur de l’industrie des voyages en ligne :

Promovacances a peu de chances de voir son visiteur payant acheter un séjour. Le clic acheté à Google Adwords est très élevé et le taux de conversion très faible. Cependant le panier moyen et la fidélisation du client peuvent permettre à des voyagistes qui ont une large gamme de produits de rentabiliser très bien cet investissement par la suite. Mais cette politique marketing coûteuse nécessite également une stratégie de marque et une stratégie de fidélisation bien ordonnées et donc aussi coûteuses…Autrement dit, la bataille se joue sur des millions d’euros.

A côté, sejour-en-croatie.com réalise à moindres frais une performance assez remarquable : avec des pages conçues pour faire fuir le visiteur…vers les publicités, le site réalise certainement lui aussi son objectif de conversion, qui n’est pas de générer des commandes mais bien des clics sortants sur ses publicités. Au final, le site trouve lui aussi un équilibre en vendant plus cher un trafic quasi gratuit et réalise une performance intéressante, à la fois efficace en référencement et en conversion. Une stratégie  qui vaut le coup d’être déclinée sur d’autres destinations. Mais ne nous trompons pas, s’il n’y a pas besoin de lever des fonds pour mener cette stratégie opportuniste, la bataille se joue clairement sur le temps passé par le webmaster à continuellement optimiser son site et s’assurer des faveurs de Google…aussi longtemps que Google le voudra.

Au final, il est intéressant de constater que malgré la professionnalisation du secteur du tourisme et les enjeux financiers sur ces mots-clés extrêmement concurrentiels, de petits acteurs arrivent encore à tirer leur épingle du jeu. Pour combien de temps cependant ? Si Promovacances peut améliorer nettement son référencement (dans le sillage de Nouvelles Frontières qui réalise de bonnes performances dans ce domaine),sejour-en-croatie.com ne pourra pas s’offrir de liens sponsorisés car le coût au clic est supérieur au revenu adsense par clic. C’est l’avantage de Promovacances, c’est aussi sa faiblesse : pourquoi Google Adwords se passerait-il d’un si bon client ? D’autant plus que sejour-en-croatie.com apporte également des revenus Adsense à Google. Google gagne donc deux fois en laissant sejour-en-croatie.com prendre la première place de ses résultats.

L’écosystème administré brillamment par Google semble donc le garant d’une certaine diversité dans la présentation des sites web qui font notre quotidien, car c’est cette diversité qui semble préserver au mieux les intérêts du géant de Mountain View à l’heure actuelle.

27 commentaires sur cet article

  • Pantin
    24 juillet 2009

    Le site sejour-en-croatie.com est un MFA (made for adsense). Officiellement google lutte contre ce type de sites qui devraient sombrer dans les profondeurs de son annuaire. Rien que la balise title avec 4 fois le mot Croatie est suspecte.

    Reste à confirmer en faisant un whois ou en regardant sur quelle machine est hébergée que le site MFA est bien un petit acteur. Il ne faut pas se laisser berner par le design médiocre, ça ne veut pas dire que c’est forcément David et Promovacances Goliath.

  • Antonin
    25 juillet 2009

    Super article, merci. Je pense que Promovacances n’est certainement pas conseillé de la bonne manière sur son SEO. Mais vu que qu’ils ont le budget, ils se payent la 1ere place Adwords et ça leur suffit.

    Les grosses agences de ref ont souvent une longueur de retard (manque d’individualisation de la prestation, traitement industrielle du SEO…) sur les petits indépendants qui actionnent les bonnes ficelles pour bien se placer. En tout cas c’est le constat que j’ai pu faire.

  • Seb
    26 juillet 2009

    Je trouve le raisonnement un peu rapide non, un vrai exemple de sophisme …
    Je pense qu’effectivement ils peuvent améliorer leur référencement… Mais bon ils sont 6eme sur la page ! Que doit on dire des autres acteurs qui arrivent après ou qui sont sur la deuxième page (Easyvoyage, Look-Voyage, Expedia, Sncf …) Et quand on tape « voyage croatie » c’est plus du tout ce classement
    (on retrouve pas ordre LeRoutard, Easyvoyage, Promovacances, Nouvelles Frontières… Sejour-en-croatie.com est 8eme … Et je suis certain que d’autres sont absents mais sont bon ailleurs !
    En gros en tapant un mot clé on peut facilement conclure à tout à son contraire …

    En ce qui concerne http://www.sejour-en-croatie.com/ je pense que ce type de sites a deux avantages : il ne traite que d’une destination (contrairement aux autres portails) et il est réalisé en mode « fond du garage » … Ce qui doit apporter plus de souplesse.

  • MagicYoyo
    27 juillet 2009

    Je ne vois pas où est le sophisme ?
    La performance de SEO sejour-en-croatie.com est réelle. Celle de Promovacances est meilleure que ne le laisse penser l’article… mais cela ne change rien à la démonstration.

    Au passage, je suis heureux de vois réapparaitre cette notion d’écosystème du marché de la recherche/publicité que j’avais évoqué dans feu mon blog. 😉

  • Delphine
    27 juillet 2009

    Il est toujours étonnant de voir des MFA mieux positionnés que des sites de voyage avec d’importants budgets marketing…c’était le sens de notre article. Maintenant le référencement de Promovacances nous semble dans l’ensemble très au dessus d’autres grands sites de tourisme, ce qui aurait pu être précisé dans notre article.
    Il serait effectivement intéressant d’en savoir plus sur les propriétaires de sites MFA…Il me semble que les référenceurs professionnels (indépendants ou en agence) sont les mieux placés pour s’occuper de ces sites. Mais cette impression de David contre Goliath est peut-être une illusion, merci pour cette précision.

  • GuillaumeG
    27 juillet 2009

    Je suis d’accord avec Seb, le raisonnement est un peu rapide.
    L’article est intéressant, mais les stratégies sont surement totalement différentes.

    Séjour-E-C est mieux positionné que Promovacances sur la requête « Séjour en Croatie ».
    Cependant en checkant un peu Google Keyword Generator, on s’aperçoit que les recherches s’élèvent à 2400 pour « voyage en croatie » et 880 pour « séjour en croatie » (en recherches exactes).

    AMHA, il s’agit d’une stratégie différente. Soyons clair, Séjour-E-C ne serait jamais arrivé à se positionner 1er sur la requête « Voyage en Croatie ». Qu’il soit un MFA, cela ne fait aucun doute, après ce site produit quand même du contenu et sa bonne position est clairement issue d’un travail sur le SEO (autant technique qu’éditorial).
    C’est vrai qu’il y a encore du boulot sur le site mais sa première position est clairement légitime.

    En effet, l’internaute à taper « Séjour en Croatie », mais on ne peut réellement pas savoir ce qu’il recherche (une réservation, des infos sur la Croatie,…). En revanche, si l’on tape « réservation voyage Croatie », on ne tombe que sur des offres (ce qui paraît également légitime).

    Le site S-E-C tire donc facilement son épingle du jeu car la requête n’indique pas forcément une réservation de voyages. Et puis le site compte tout de même 300 pages qui apportent un contenu éditorial fort, ce qui renforce sa pertinence aux yeux des moteurs 😉

  • pierre
    29 juillet 2009

    Et si on se met à la place de l’internaute lambda qui cherche simplement à partir en Croatie ? Ces sites optimisés pour google adsense, placés dans les premières positions sont une perte de temps.

  • Olivier S
    07 août 2009

    Au final, je suis d’accord avec le dernier commentaire, celui de Pierre. Le premier article de sejour-en-croatie.com est tout simplement illisible pour l’utilisateur qui recherche réellement de l’information à lire. Or, la mise en page, la construction du texte, tellement optimisée pour le référencement plutôt que pour la lecture, font tout pour que celui (je prends en exemple juste la page d’accueil) soit complètement indigeste pour l’oeil.
    Si ce site devait apporter un vrai service à l’internaute, il ferait sûrement beaucoup plus attention à ces points.

  • lionel
    02 septembre 2009

    C’est vrai que le premier est plutôt rédhibitoire mais réponds bien à sa problématique. Bien joué je trouve pour atteindre son objectif.

    amicalement

  • Julien
    05 octobre 2009

    C’est mignon tous ces webmasters qui ne travaillent pas pour gagner de l’argent.

    Le Web français est rempli de philanthropes qui travaillent pour « le bien être et le respect » de l’internaute. (Nous disent-ils derrière leur Mac hors de prix)

    Dégainer le mot MFA, sans savoir si cela en est vraiment un d’abord (même si j’ai des doutes, je ne me permets pas de juger), c’est déjà juger négativement le travail d’autrui.

    Si on écoute certains il faudrait un police du web, de préférence qui s’occuperait en priorité de « ces parasites qui osent faire des sites Internet pour gagner de l’argent ».

    Gageons qu’il y aura bien un jaloux pour faire un spam report, action populaire s’il en est des forums de naze de référencement mainstream.

    Je vois que la valeur « travail/argent » est toujours décriée en France, rien de nouveau sous le soleil. Curieusement pour une fois, on n’emmerde pas les mega groupes du tourisme qui se fichent de tirer les marges de leur prestataires locaux, qui poussent les compagnies de transport, les hôtels, le touriste et sont ici juste un relai de commission inutile quand on sait s’y prendre… Non là on emmerde le petit webmaster qui doit se faire combien sur ce site ? Allez, même pas 80€/mois je parie.

    Et puis l’ « analyse », tellement à côté de la plaque, c’est une HONTE !

    Je ne vais pas m’étaler sur l’analyse SEO, l’auteur a compris que les 2 sites cherchaient à influencer les résultats d’un moteur de recherche. Mais apparemment selon lui (elle), il y a une limite. Des choses que l’ « on peut faire », et des choses que l’ « on ne peut pas faire ».
    Apparemment certains font du SEO pour ne pas se positionner, assez paradoxal, à la limite du syndrome psychiatrique.

    Et alors l’analyse marketing :
     » La page est conviviale et colorée, beaucoup plus imagée que la page de sejour-en-croatie.com. La charte graphique utilise des couleurs complémentaires (cyan/orange) pour mettre en avant les éléments importants, là où séjour-en -croatie.com tentait au contraire de fondre le plus possible les éléments dans un gris neutre et austère. Promovacances vous donne envie de partir en vacances, alors que sejour-en-croatie.com vous donne envie de partir tout court.  »

    Ai-je vraiment besoin d’argumenter ?

    L’auteur a oublié, ou ne sait pas, que tout est une question d’objectif. L’auteur a t’il une quelconque donnée concrète sur le taux de conversion ou le taux de réalisation de l’objectif poursuivi des sites numéro 1 et 2 ?

    Qu’est-ce qu’il vous dit que le site jugé n’a pas un meilleur ROI que le site numéro 1 ?

    L’auteur ne doit pas savoir non plus que la sophistication est tout sauf le garant d’un bon taux de conversion, bien au contraire. Je ne dis pas que le site en question est un modèle de la conversion, mais bien qu’un site n’a pas à « être beau » pour convertir. Dans un bon site de vente, le design doit être TRANSPARENT.

    Bref, pour le site numéro 2, si la personne a travaillé 3h dessus et qu’elle a un ROI suffisant, je ne vois pas en quoi elle serait interdite de faire du business.

    Visiblement il semblerait que seuls les grosses corporations aient le droit de gagner de l’argent.

    Enfin, certains sont fait pour travailler toute leur vie pour le plus grand bonheur de leur patron… D’autres se prennent par la main et sans mettre le couteau sous la gorge à des prestataires ou fournisseurs se créent leurs propres revenus. Sans attendre qu’on leur donne ce droit.

    Converteo m’a immensément déçu sur cet article, j’espère que ça restera isolé.

  • Julien
    05 octobre 2009

    J’ai oublié de rajouter, si les chevaliers blancs s’étaient penché sur la question MFA sans à priori et en testant les aspects positifs/négatifs… Ils sauraient qu’un MFA envoie généralement des visiteurs bien plus qualifiés de par leur nature très ciblée.

    Mais bon, c’est plus simple de se dire : Ce webmaster est plus fort que moi et en plus il gagne de l’argent avec son site, c’est inadmissible je dois le balancer.

  • Antonin
    05 octobre 2009

    Je suis d’accord avec toi quand tu dis qu’on fait un site web pour :
    – gagner de l’argent
    – avoir un bon taux de conversion
    – un site simple peut mieux convertir qu’une grosse usine à gaz

    Et que les deux sites n’ont pas du tout le même objectif de conversion.

    Par contre ça ne m’empêche pas de penser que d’un point de vue internaute, cela apporte souvent moins d’informations qualifiées & de confort d’utilisation. Si je cherche à voyager en Croatie, ce site est totalement inutile pour moi ! Je critique mais je fais aussi des sites de ce genre : des petits sites optimisés pour une requête précise, que je monétise via de l’affiliation généralement. Bref, on peut critiquer et faire part des faiblesses de ce genre de sites, sans pour autant chercher à les « abattre ».

    Je retiens surtout la fin de l’article avec lequel j’étais entièrement d’accord : sans parler forcément de promovacances, je trouve que beaucoup de gros sites investissent beaucoup trop sur adwords alors que leur SEO n’est pas complètement optimisé. C’est dommage car leurs marges diminuent, car ils ne voient que le court terme. Je me souviens d’un site ecommerce pour lequel je bossais, 80% du trafic issu de adwords, alors que niveau SEO il y avait de gros gros manques !

  • Philippe
    05 octobre 2009

    « Enfin, remarquons que Promovacances tente de rassurer son visiteur (présence d’une baseline « N°1 Français de la vente de séjours en ligne »), là où sejour-en-croatie.com ne fait pas d’effort. »
    Il ne s’agit pas là de faire un effort pour « faire bien ».
    Promovacances annonce sa position sur le marché du e-tourisme; ils sont 1ers sur la vente de séjours en Fr.

    « Promovacances a peu de chances de voir son visiteur payant acheter un séjour. Le clic acheté à Google Adwords est très élevé et le taux de conversion très faible. »
    C’est bidonnant de lire ça.
    Pensez-vous franchement qu’une société telle que Promovacances investit plusieurs millions d’euros dans des liens sponsorisés sans connaître ensuite son ROI? Pensez vous qu’un tel acteur du tourisme dépense de l’argent juste pour être le premier du listing?

    Promovacances travaille énormément son SEO et ce depuis de nombreuses années. Sans être à l’intérieur d’une société, on ne se rend pas compte du travail fournit.

    Les conclusions tirées par cet article n’apportent malheureusement rien.

    PS : Je ne travaille pas pour PMVC de quelque façon que ce soit.

  • Jerome (SpeedAirMan)
    05 octobre 2009

    Bonjour à tous,

    je rejoins assez l’avis de Julien.
    D’ailleurs j’avais prévu une réaction du même genre (quoi qu’un peu moins… agressive ?), mais le principal a été dit.

    Pour revenir sur certains points :
    – l’article n’a ni queue ni tête, il faut vraiment chercher pour comprendre de quoi il est question… Le titre donne une idée : est-ce une comparaison de design ? Puis en lisant, on voit qu’on parle de référencement, puis de liens sponsorisés. Pourtant référencement naturel et liens sponsorisés, c’est très différent… Les deux amènent du trafic, mais là il n’en est pas vraiment question.
    S’il est question de conversion, ce ne sont clairement pas les mêmes types de conversion, ni les mêmes stratégies, et encore moins les mêmes budgets.

    – qu’y a t’il de mal à créer des sites pour gagner de l’argent via la publicité ? Il y’a énormément d’entreprises qui ont basé leur business model et qui fonctionnent bien ainsi. Est-ce qu’il faut cracher sur les sites d’informations, tels que Rue89, PCINpact, Infos Du Net (Tom’s Guide) etc. ? Car d’après la définition qui est faite ici des « MFA », ils en ont l’apparence ! Pourtant, je ne vois rien de mal à ça. Ce que vous appelez « MFA » sert à tout le monde : à l’éditeur du site, qui gagne qq euros par mois, à Adsense, qui se sert au passage, et aux annonceurs, qui trouvent des endroits pertinents pour y afficher de la publicité. Reste bien sûr l’internaute, mais ça c’est autre chose (et j’y reviens plus bas).
    Ce que Google condamne (et punit, au passage), ce sont les sites bourrés d’Adsense qui font de la publicité Adwords dans le but d’obtenir des visiteurs à moindre frais et les transformer (grâce à un clic sur de la publicité).
    Exemple : imaginons que ce site, tant décrié dans cet article : Sejour-en-Croatie.com, ait des articles de très mauvaise qualité, et qu’il « achète » des visiteurs via Adwords sur des mots clés qui n’ont rien à voir avec les voyages en croatie (et qui coûtent moins cher, surtout), dans le seul but de faire de la marge, là, c’est condamnable.

    Quand à la qualité du contenu et la satisfaction de l’internaute :
    – qui dit que l’internaute qui tombera sur PromoVacances sera satisfait ? ça se trouve 30% des internautes qui tapent « séjour Croatie » cherchent des informations, des témoignages et des photos ?!
    – je n’ai lu aucun des deux sites, mais Sejour-en-Croatie.com propose peut être des articles de qualité ? Un site avec de la publicité ne signifie pas forcément que le contenu est mauvais !
    Il est clair qu’il est très désagréable de tomber sur des pages générées automatiquement via des scripts (techniques SEO black hat) et qui généralement ne veulent pas dire grand chose. Ces sites polluent le web et, de toutes façon, parviennent rarement à rester longtemps bien placées.
    Mais il y’a quand même de très nombreux webmasters qui créent des sites dans le seul but de gagner de l’argent avec la publicité qui tiennent à proposer du contenu de qualité !

    – Quand au design du site « Sejour-en-Croatie.com », il n’est, certes, pas très attrayant, mais le webmaster n’a certainement pas le même budget que PromoVacances, ni le « talent » du designer de PromoVacances, mais est-ce bien indispensable pour présenter du contenu ? En tout cas c’est bas d' »attaquer » là dessus. (« attaquer », oui, car c’est perçu ainsi)

    Un article peut être écrit trop vite ? (les miens, d’articles, ne sont guères meilleurs, je le précise)

    J’ai assez apprécié votre livre, mais j’ai l’impression que vous êtes beaucoup trop habitué(s) à travailler avec des grands comptes / gros budgets.

  • Antonin
    05 octobre 2009

    Franchement, même si l’article contient des approximations et des choses sur lesquelles on peut ne pas être d’accord, je vous trouve dur dans votre jugement ! Cela peut arriver de faire des articles un peu moins bon de temps en temps 😉

  • Julien
    05 octobre 2009

    Oui c’est sûr, ça arrive de faire du moins bon, j’en fais d’ailleurs souvent 🙂
    Mais je n’apprécie pas cette mise au piloris du concept MFA qui peut être positif à bien des égards.

    Où si c’est fait, que cela le soit fait correctement avec de vrais arguments de fond 🙂

  • Thomas Faivre-Duboz
    06 octobre 2009

    Bonjour à tous,

    Qui a parlé de mise au pilori des MFA ? Je vous conseille de relire l’article. Il est écrit que:
    -le site sejour-en-croatie est basique
    -le site sejour-en-croatie est très bien positionné en naturel
    -la position de ce site nécessite un travail perpétuel pour être conservée et rendre l’investissement rentable
    -le fait que des sites à vocation publicitaire soient mieux positionnés
    en naturel que des acteurs historiques qui investissent beaucoup dans le payant « sert » d’une certaine manière l’écosystème Google, qui gagne sur les deux tableaux.
    -les investissements en payant (qui nécessitent beaucoup de travail pour être rentabilisés, vu le cout au clic) de la part de Promovacances imposent de suivre la Lifetime customer value, et non uniquement se référer à la rentabilité issue d’une conversion unique. Sinon, il y a de fortes chances (mais nous n’en sommes pas sûrs) que les investissements en adwords ne soient facialement pas suffisamment rentables.

    Evidemment, les 2 sites n’ont pas le même objectif de conversion, pas la même stratégie, pas les mêmes budgets, et ne génèrent pas les mêmes chiffres d’affaires. Qui a prétendu le contraire ? L’enjeu de cet article était de faire comprendre qu’un visiteur cherchant séjour croatie peut justement être confronté à des types de sites très différents, dont les deux business models servent Google d’une certaine manière.

  • Julien
    06 octobre 2009

    C’est ridicule Thomas, je cite :

    « le fait que des sites à vocation publicitaire soient mieux positionnés en naturel que des acteurs historiques qui investissent beaucoup dans le payant « sert» d’une certaine manière l’écosystème Google, qui gagne sur les deux tableaux. »

    1/ Qui est capable de juger lequel des deux sites est le plus légitime ?
    2/ Un site qui serait « à vocation publicitaire » aurait donc un business model moins « valable » qu’un site dont l’objectif est la vente d’un produit ou d’un service ?
    3/ Donc si je suis le raisonnement; moi qui souhaite lancer une agence de voyage spécialisée sur la Croatie par exemple, comme je ne suis pas « opérateur historique », je ne peux pas faire de du business ?
    4/ Qui peut juger que le site sejour-en-croatie soit basique ? C’est quoi un site basique ? Quel doit être le niveau exhaustivité d’un site ? Quelle est la police chargée de réglementer quels sont les sites qui ont le droit de vivre et les autres ?

    Vous oubliez tous que la seule personne qui tranche, c’est l’internaute.
    Google a certes besoin d’un business rentable mais il fait aussi attention à l’expérience utilisateur et il a suffisamment de données pour shooter ou conserver les sites qui lui déplaisent.

    Moi je perçois plus cet article comme un aveu d’impuissance : « il est meilleur que moi sur une requête, ce n’est pas normal parce que je trouve que son site est moins bien que celui dont je m’occupe »…

    On nage en plein délire. Heureusement qu’il existe encore une certaine forme de liberté sur le Web et que le business est accessible à tous, mastodontes comme particuliers courageux.

  • Raphaël Fétique
    06 octobre 2009

    @ Jérôme

    « Habitués à travailler avec de gros budgets »

    L’article parle du client final qui est confronté à une jungle de sites dont il ne connaît pas l’envers du décors… Je ne vois pas en quoi la taille des clients que nous accompagnons interfère puisqu’au final nous pensons, et si vous avez lu notre livre vous le savez, que l’amélioration business ne peut se faire au détriment de l’expérience client.

    De manière globale, en tant qu’avocat des clients finaux, des internautes (et non pas des entrepreneurs, webmasters ou autres responsables marketing), si un site n’apporte pas de valeur au client final et qu’il ne sert que d’entonnoir vers d’autres sites (en gros c’est une logique business avec une faille dans la chaîne de valeur), alors je n’ai pas peur de dire qu’il doit disparaître et que Google devrait faire le ménage !

  • Antoine Lendrevie
    06 octobre 2009

    Hé béh, heureusement qu’on n’a pas parlé d’un site de vacances en Corse, on aurait risqué notre peau !

  • LaurentB
    06 octobre 2009

    Amen Julien !
    Rien à ajouter. La messe est dite 😉

  • Gwaradenn
    06 octobre 2009

    Il ne faut pas oublier que le SEO, c’est du spam de moteur de recherche. Le SEO est payé pour mettre un site au top ou met son site au top pour percevoir une rémunération.

  • Philippe
    06 octobre 2009

    Du spam de moteur? Faut pas dire n’importe quoi non plus…

  • Agence AxeNet
    06 octobre 2009

    Je me sens assez proche de l’avis de Julien.
    D’autant plus que le « MFA » mentionné est plutôt informatif. On y trouve des informations bien plus complètes sur cette destination que sur le site du voyagiste. Ce dernier devrait à mon avis se poser sérieusement la question de ce qui lui permettrai de se positionner en référencement naturel, mais il est peut-être plus simple pour lui (ou pour son agence) de gérer des campagnes d’adwords…

  • Philippe
    06 octobre 2009

    Non, l’intérêt du voyagiste et du MFA n’est pas le même.
    Le MFA ajoute du contenu pour influencer les Adsense qui seront affichés.
    La voyagiste fournit des infos sur le séjour qu’il vend.
    Et pour rappel, Promovacances est positionné 7eme sur la page de résultat.

  • Agence AxeNet
    06 octobre 2009

    Bonjour Philippe,
    Je suis bien d’accord sur le fait que l’intérêt des deux sites n’est pas du tout le même et je comprends aussi très bien bien que le voyagiste fournit des infos sur ses séjours.
    Il se trouve que dans l’exemple précis, en me plaçant comme candide (ce qui est facile puisque je ne connais pas du tout la Croatie), j’ai cherché des informations complémentaires sur ce pays. Je les trouve sur le « MFA » et pas chez le voyagiste.
    Bien sûr, il est possible que je sois le seul et unique internaute à réagir de cette manière, mais dans mon cas, le MFA était plus pertinent (j’ai bien dis « dans mon cas » et je laisse la planète entière penser différemment si elle le souhaite).
    Je rejoins donc Julien lorsqu’il dit que c’est l’internaute qui tranche en terme de pertinence.
    ps : j’ai tapé « sejour croatie » sans accent et promovacances n’apparait pas en 1ère page. Je maintiens donc qu’un peu de SEO ne ferait pas de mal au voyagiste. D’ailleurs, il n’apparait pas non plus sur « vacances Croatie », etc.

  • Antonin
    06 octobre 2009

    Honnêtement faut quand même pas être excessif d’un côté comme de l’autre : le site voyage-en-croatie a très peu de valeur ajoutée. Le site a pour objectif principal d’être bien référencé, et pas être utile à l’internaute. Un passage parmi tant d’autres :

    « Les prix et la qualité des services offerts sont en fonction des désirs et des possibilités financières des visiteurs.  »

    Le site est rempli d’infos de ce genre… complètement inutile, sauf pour le réf nat (en tout cas c’est mon avis perso). Il existe quelques pages plus intéressantes, mais elles sont rares. J’imagine que le taux de rebond doit être très élevé. Mais de toute façon, ce n’était pas l’objectif du webmaster comme on l’a déjà dit. Il ne vise pas d’avoir un maximum de pages vues, juste d’être bien placé sur certaines requêtes, et surtout que les visiteurs cliquent sur les pubs (il n’y a d’ailleurs quasiment aucun lien externe, sauf les pubs). Sur ça, on peut dire qu’il a fait un très bon boulot, tant mieux pour lui. Perso je fais la même chose sur d’autres sujets, une manière comme une autre de gagner un peu d »argent sur internet. Suis-je un pollueur du web ? Surement un petit peu 🙂 Mais je pense que c’est négligeable face à d’autres acteurs gros ou moins gros et qui font bien pires parfois.

    Promovacances n’apporte pas forcément plus d’informations utiles. D’ailleurs ça me fait penser à un billet sur Capitaine Commerce, ou on évoquait le fait que les voyagistes n’apportaient pas assez d’informations et de rêve aux internautes : http://www.capitaine-commerce.com/2009/09/15/23973-de-la-seduction-dans-le-e-tourisme/ . Mais bon ça c’est un autre sujet 😉

Laisser un commentaire

Articles qui pourront vous intéresser
Contactez-nous
Pour obtenir plus d'informations sur nos activités et discuter de vos projets directement avec nos consultants, nous vous invitons à nous contacter.
Nous contacter
En parcourant converteo.com, vous acceptez notre utilisation des cookies.