Nous avons passé une journée complète à la convention e-Commerce (Palais des Congrès – Porte Maillot – Paris) à écouter les prestataires présenter leurs solutions et leurs expériences concluantes devant un parterre d’e-commerçant expérimentés ou en devenir. Ce qui est sûr, c’est que le mot-clé le plus entendu de la journée et qui le restera certainement pendant les deux jours à venir est celui du taux de conversion (certains hérétiques sont tentés de l’appeler taux de transformation 😉 ).A se demander comment le « site de Papa » peut encore vendre ! Sites en full Flash ou en Adobe AIR, interfaces liquides, solutions d’a/b testing et de contextualisation, eye-tracking… Une masse d’outils de plus en plus impressionnante devant une foule d’e-commerçant qui – pour une bonne part – a l’impression qu’on leur parle chinois et qui manque clairement de repères pour leurs sites.Pour nous et pour certains prestataires qui l’ont reconnu volontiers, l’outil n’est qu’un moyen qui nécessite des compétences et un investissement qui n’est pas seulement pécuniaire, mais avant tout humain. Mais arrêtons d’être critiques pour l’instant et parlons un peu des conférences auxquelles nous avons pu assister.1)Born to Be interactive, web agency, nous a parlé de ses créations qui ont pour but de recréer online une expérience d’achat identique à celle de l’offline. Avec les exemples de Coursengo (honteusement copié sur Auchan Direct 😉 ), disposant de deux modes de navigation : séquentiellement en suivant les rayons, ou à la manière d’une liste de courses avec complétion automatique des entrées (à tester !!). Leur crédo, notamment pour les sites de grande distribution : beaucoup de photos, très peu de texte. Ils affirment que nous lisons dans une grande surface pas plus de 40 mots, ce qui est en effet assez proche de la réalité.Tout de même carton rouge pour leur travail sur le site de Grosbill. La promesse de la contextualisation s’est traduite par la mise en place d’une énorme bannière, répétée 4 fois, concernant l’ouverture d’un magasin en dur dans la région lyonnaise sans tenir compte de la localisation des visiteurs (est-ce que cela intéresse les internautes lillois ?)2) Adobe a présenté une série de sites réalisés en Flash et quelques prototypes développés en AIR – leur nouvelle plate-forme d’interfaces riches. Après les sempiternels sites de Nike et de Air New Zealand (How far can I Go ?), je souhaitais juste vous parler de deux sites : Firstbornmultimedia.com, avec un sympathique funnel d’aide à la décision pour l’achat, ainsi que Carlosulloa.com, qui a développé un moteur 3D autour de la technologie Flash en open source (essayez de conduire la voiture !).3)Miratech, société spécialisée dans la réalisation de tests utilisateurs avec eye-tracking, a illustré le phénomène de banner blindness : plus une bannière est voyante, moins elle est vue… Par ailleurs, ils ont présenté leur travail sur le formulaire d’inscription de CDiscount. Le document de Luke Wroblewsky représente un bon résumé des enseignements à retenir.4)Selon Omniture, leur travail sur le site de Barclays UK (banque) a démontré que les liens de « call to action » en vert sont plus cliqués que lorsqu’ils sont d’une autre couleur… C’est à prendre comme tel !5)Holistis a présenté sa solution d’A/B Testing et a même fait participer la salle sur leur cas Nespresso. Ils ont soumis 3 créas et nous ont demandé quelle est celle qui – selon nous – convertit le plus les visiteurs ? Rassurez-vous, nous avons fait partie des 5% à avoir trouvé la bonne réponse. Converteo 1 – 0 Les autres e-commerçants ;-)6)Agendize a présenté sa batterie d’outils disponibles pour les sites d’e-commerce pour améliorer le taux de transformation en premier acheteur. Click to Call, click to chat, solutions de sauvegarde du panier. Intéressante somme de fonctionnalités à ajouter sur un site d’e-commerce, mais dont certaines peuvent, à mon avis, facilement être développées en interne (notamment concernant la sauvegarde de panier). Pour les solutions de Click to call & Click to chat, l’enjeu principal est bien sûr la qualité du service client que l’on met derrière ces outils… mais nous en avons déjà parlé !7)Comme nous adorons la webanalyse, nous n’avons pas loupé le groupement de présentation consacré à ce sujet. Se sont succédés successivement sur scène : Xiti, Nedstat, Visual Sciences, Webtrends, Omniture et Google Analytics. Chacun a essayé de défendre la qualité de sa batterie d’outils : mesure d’audience, segmentation client, CRM, bid management. Naturellement chacun détient la meilleure solution 😉 Il est regrettable qu’il n’y ait pas eu plus de vulgarisation pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec les problématiques de log, de third party cookie… A noter aussi que les références présentées n’étaient pas des sites d’e-commerce, un comble pour la convention e-commerce. On pourra retenir des différentes interventions que l’outil doit intégrer la dimension multicanale, car le client est fondamentalement muticanal. Enfin, il ne s’agit pas seulement de mettre en place un outil, il s’agit surtout d’exploiter les données et d’organiser ses équipes pour pouvoir piloter par la performance.Nous espérons que notre reportage vous aura plu.A demain pour de nouvelles aventures.Raphaël et Thomas, la team Converteo en direct de la convention e-commercePS : nous serons encore présents sur la convention demain et après-demain, donc faites signe si vous voulez nous rencontrer 😉

Nos derniers articles