Suite à une excellente présentation de Radouane Oudrhiri de la société Systonomy sur l’urbanisme des systèmes d’information, j’ai pu échanger avec lui au sujet des taux de conversion des sites Internet. Les sujets ne semblent pas des plus proches à priori, et je vous concède que même l’axe d’approche ne l’est pas. En effet, je suis allé à sa rencontre pour échanger sur son expertise dans la création de méthologies Six Sigma, sujet sur lequel nous réfléchissons avec Thomas pour mener des audits efficaces des sites Internet… mais ceci est un autre sujet.

Très rapidement il s’est montré intéressé par le sujet de l’optimisation du taux de conversion et il m’a parlé de l’automatic computing dans les systèmes d’information. IBM, notamment, travaille dans ses laboratoires de recherche sur l’intégration de briques d’intelligence artificielle dans les systèmes d’information. Quel est l’intérêt ? D’après l’objectif assigné au système d’information, celui-ci est capable d’apprendre et s’améliorer. Cela ne vous rappelle rien… Les grands champions d’échec qui jouent contre une machine qui devient toujours meilleure…

Dès lors, je vous laisse imaginer un système d’information d’une entreprise d’e-commerce qui pourrait se voir assigner l’objectif de maximiser le CA. Le système d’information qui gère par définition l’ensemble des informations dont dispose l’entreprise sur les client ou prospects, pourrait s’adapter à chaque visiteur du site et apprendre de ses échecs pour convertir d’avantage et maximiser les revenus de la société les fois suivantes. L’optimisation pourrait être évidemment multi variables.

Côté visiteur, le système d’information ne fait qu’optimiser l’utilisation de l’information dont dispose déjà la société. L’expérience utilisateur est améliorée et les taux de conversion vont naturellement tendre vers un optimum. Pour ce qui est ensuite l’aspect de maximisation du panier moyen, un système qui apprend et un système qui sait mieux vendre de manière croisée (cross selling), qui sait mieux fidéliser… Bon je me pince, ce n’était qu’un rêve. Les chercheurs commencent à peine à décrire les concepts et le travail est encore long. Donc d’ici là , ne vous endormez pas, l’optimisation du taux de conversion n’est pas encore réservée aux ordinateurs 😉 !

Nos derniers articles