Prise de conscience environnementale en entreprise et initiatives qui s’accélèrent

Article 28.01.2023
Par Olivier Becquart

Qu’est ce que la RSE et pourquoi s’y intéresser ? 

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), également appelée responsabilité sociale des entreprises est la prise en compte par les entreprises d’enjeux et engagements sociaux et environnementaux, en lien avec leurs activités propres, et dans la relation avec leurs partenaires (fournisseurs, distributeurs…)

 

De plus en plus d’individus et consommateurs accordent de l’importance à l’impact de leur consommation, et cherchent à savoir si les entreprises auprès desquelles ils effectuent leurs achats prennent des engagements pour avoir un impact positif (conditions de travail, égalité des sexes, bilan carbone…)

Un mouvement qui a pris forme depuis plusieurs années, avec des initiatives concrètes

Un nombre croissant d’entreprises entreprennent une démarche visant à garantir un niveau d’engagement social ou environnemental responsable, afin de lever l’opacité parfois forte qui peut être présente sur leur secteur. JEM – Jewellery Ethically Minded a par exemple souhaité proposer des bijoux respectant le programme FAIRMIND Créé en 2007 par l’Alliance for responsible mining, FAIRMIND devient en 2014 un label de certification international. Il constitue un bon exemple d’initiative qui a pour vocation de transformer un secteur d’activité,  en l’occurrence ici celui de l’extraction minière artisanale, en une force positive, à la fois respectueuse et génératrice de véritable progrès humain et environnemental.

Des enseignes sont pionnières dans la mesure de leur impact environnemental et dans la façon de communiquer auprès des consommateurs. Decathlon affiche depuis quelques mois l’empreinte carbone de ses produits.

 

 

Patagonia a mis en place une rubrique dédiée sur son site, dédiée à la présentation des ses activités en faveur de l’environnement.

 

Dans l’agro-alimentaire, les marques ont dû se mettre en conformité et mettre en place les nutri-score, permettant aux consommateurs d’évaluer les produits plus ou moins favorables sur le plan nutritionnel.

Des initiatives plus récentes et prometteuses

Toujours dans l’alimentaire, des enseignes et des marques ont décidé d’aller plus loin sur la lutte contre le gâchis alimentaire, notamment au Royaume-Uni. Alors qu’une étude menée en 2021 par OpinionWay et l’entreprise SmartWay indiquait qu’environ 5,5 millions de tonnes de nourriture étaient jetées chaque année en France (4,5 millions au Royaume-Uni), des enseignes telles que Waitrose ont indiqué il y a quelques semaines que les dates de consommation recommandées seraient retirées de 500 produits

 

 

En France, Too Good To Go s’engage depuis plusieurs années contre le gaspillage alimentaire, et tente de faire évoluer la façon d’aborder les dates limites de consommation.

 

Hors alimentaire, certains ont initié des démarches permettant de valoriser les invendus (produits non vendus, retours clients). Depuis le 1er janvier 2022, la destruction des invendus non alimentaires est interdite et des producteurs de biens non alimentaires (électronique notamment) étudient les scénarios de valorisation de leurs invendus. Ainsi, Boulanger propose une rubrique “reconditionné” sur son site, et de nombreuses marques proposent des produits ayant déjà servis, ou en retour client. Decathlon propose de racheter un grand nombre d’articles achetés au sein de l’enseigne, et facilite le processus client. Les clients ont également la possibilité de louer leur matériel, là encore avec l’objectif de limiter la consommation (produits peu utilisés qu’il est possible de louer pour un usage ponctuel). D’autres acteurs réalisent un bilan carbone de leurs activités ou mesurent l’impact de leurs campagnes média.

 

L’évolution de contexte que nous connaissons actuellement (augmentation du prix des matières premières, du coût de l’énergie, baisse du pouvoir d’achat, enjeux climatiques) pousse les entreprises à s’interroger sur leur activité et les impacts générés et de nombreuses voies existent pour améliorer son impact environnemental et sociétal.

Par Olivier Becquart

Manager Data x Business Consulting